enfant2

On aime ses enfants plus que tout et pourtant, d’une façon que l’on pourrait qualifier d’antinomique, c’est parfois contre eux que l’on crie le plus !

Pourquoi ?

Nos enfants sont notre proximité, notre amour, notre vie , nos joies. Nos enfants sont des promesses d’avenir. Mais nos enfants sont aussi nos challenges. et nos enfants nous rappellent toujours qu’ils ne sont pas nous . Ils nous invitent à nous mettre à leur portée à leur manière. Ils nous renvoient nos faiblesses, et nous font nous heurter à leur réalité et à leur rythme.

Il y aurait beaucoup à en dire sur tout ce que représentent nos enfants pour nous. Je vais me contenter aujourd’hui de vous partager quelques trucs et astuces pour éviter de crier chez soi.

  • Un truc simple et à la fois tellement évident : pour éviter de crier chez vous : Commencez par décider que vous ne crierez pas. Déjà intérieurement, vous adopterez une posture, et vous développerez d’autres stratégies pour être entendue.
    L’un de ces stratégies avec votre enfant : assurez vous que votre enfant vous entende, en établissant un contact visuel avec lui,
    Soit en le regardant dans les yeux,
    Soit en l’interpellant « regarde moi, Untel (le prénom est le signe particulier que vous vous adressez bien à lui, à utiliser sans modération),
    Soit en vous mettant à sa hauteur et en face de lui.
    Une fois que vous avez son attention
    Vous lui dites sans crier même si c’est la 4 ème fois,
    « Maintenant va mettre tes bottes, tes tongs ou tes chaussures fourrées » selon la saison, et là où vous habitez »; « Va ranger tes affaires « Va te laver les mains » etc
  • Intégrez l’humour pour désamorcer les situations, avant qu’elles ne deviennent dramatique.
  • Utilisez un tiers, comme son doudou pour faire une demande « et si on demandait à ton doudou ce qu’il en pense »
  • Prévenez le qu’il va se passer tel ou tel chose dans 5 minutes.Notemment lorsqu’il va devoir interrompre son activité pour faire autre chose.
  • Établissez un contrat avec lui qui le rende responsable de ce qu’il y a à faire « Comment peut-on s’organiser pour que ce soir tu aies le temps de jouer, de faire ton travail et de prendre ton bain. »
  • Prévoyez le temps nécessaire pour faire les choses, et ne pas être en tension à cause d’un planning trop serré;
  • Ajustez vos exigences aux capacités réelles de votre enfant, mais aussi conjoncturelles :son  état de fatigue, sa déception pour telle ou telle raison, et à votre propre fatigue.
  • Soyez vigilante à la cause de votre agacement, « est-ce parce que le cartable a été oublié que vous êtes aussi énervée, ou parce que vous avez eu une dure journée ? »

Si vous sentez que la colère monte, allez respirer 5 minutes dans votre chambre, avant de poursuivre la discussion. Calmez vous, mais cherchez aussi un nouveau moyen de régler les choses;

Enfin, Félicitez votre enfant pour ce qui est bien !

Et Bravo à vous de votre pugnacité pour obtenir dans la paix .

Pin It on Pinterest

Share This