Décider d’accompagner ou non une personne que l’on connaît déjà par ailleurs

Blog

une personne installée dans un pouf

En tant que thérapeute, certaines personnes de votre entourage (amis proches ou éloignés, membres de la famille) peuvent vous demander de les accompagner dans la recherche d’un mieux-être. Pour quelles raisons ? Comment répondre à ce type de demandes ?

 

Pourquoi seriez-vous sollicités par des personnes de votre entourage ?

Il peut être fréquent d’être sollicité par son entourage dans une démarche d’accompagnement thérapeutique, d’autant plus si votre posture d’écoutant se reflète malgré vous dans votre vie quotidienne et que vous êtes reconnu pour les qualités personnelles et professionnelles qui vous habitent.

Ainsi, les individus qui vous connaissent reconnaîtront les qualités que vous possédez et vont facilement vous accorder leur confiance. Ce sentiment pourra être amplifié de par votre statut de professionnel du mieux-être expatrié, appartenant à une communauté réduite de personnes qui vont se tourner naturellement vers vous ou vous recommander auprès d’autres personnes expatriées elles aussi.

Alors comment répondre à la demande de ces personnes qui vous connaissent déjà et que vous connaissez également ?

Le lieu-commun veut qu’il ne soit pas conseillé à un thérapeute d’accompagner une personne qu’il connaît déjà par ailleurs. Toutefois, ces sollicitations peuvent être fréquentes et particulières à chacun. C’est à vous de réfléchir et de prendre en considération :

– la diversité des problématiques auxquelles vous pourrez être confronté,

– les spécificités des situations de vos clients,

avant de prendre votre décision d’accompagner ou non une personne de votre entourage.

 

Définir clairement le positionnement professionnel/client

De manière générale, l’objectif de l’accompagnement thérapeutique est qu’il soit, avant toute chose, une réussite et que votre client atteigne les objectifs qu’il s’est fixés.

Pour prendre votre décision de l’accompagner ou non dans l’atteinte de ses objectifs, vous devez prendre en considération :

– votre posture personnelle/intérieure, c’est-à-dire vous positionner comme professionnel et non plus comme connaissance/ami/membre de la famille de votre client. Si ce changement de posture s’avère être trop complexe pour vous, il vaut mieux ne pas accompagner la personne qui vous sollicite.

– la posture de votre client – la personne accompagnée ne sera plus l’ami/la connaissance/le membre de la famille que vous connaissez, mais bel et bien un client à qui vous allez offrir un service. La personne accompagnée doit elle aussi opérer un changement de posture en devenant le client qui consulte un professionnel. Il ne faut pas hésiter à l’exprimer et à en discuter avec lui.

De par ces changements de postures, la relation initiale qui pouvait exister entre vous et la personne que vous accompagnez va forcément évoluer, au moins le temps de l’accompagnement thérapeutique.

 

Quelles actions mettre en place pour définir les bases de l’accompagnement thérapeutique ?

Afin que chacun puisse tenir sa posture et faire de cette démarche une réussite, il est essentiel d’exprimer des règles à tenir à la personne qui souhaite que vous l’accompagniez, telles que :

– votre relation va évoluer,

– vous n’évoquerez les sujets de l’accompagnement thérapeutique qu’au cours de rendez-vous /appels téléphoniques dédiés, mais jamais dans un autre contexte,

– votre relation sera construite sur une invitation à la discrétion et les sujets évoqués entre vous devront rester confidentiels, de votre côté comme du sien. L’idée étant également de l’amener à préserver son intimité.

Cela permet de montrer à votre client tout votre sérieux, votre professionnalisme et que vous prenez votre rôle à cœur.

Parfois, les postures s’avèrent être trop difficiles à tenir de votre côté comme de celui de votre client. Aussi, afin de prévenir le sentiment d’abandon que pourrait ressentir votre client en cas d’arrêt des séances, il est préférable de le prévenir en amont du démarrage de vos rendez-vous que cette situation peut être envisagée.

Dans un discours en toute transparence et honnêteté, vous pouvez exprimer que l’idée n’est pas d’abandonner votre client. Vous pourrez alors lui conseiller un autre thérapeute par exemple et s’assurer qu’un accompagnement pourra être mis en place.

Que vous décidiez d’accompagner ou non une personne que vous connaissez déjà par ailleurs, il est aussi important d’écouter vos intuitions dans votre prise de décision et d’avoir conscience que cela va vous vous demander une forte rigueur pour tenir votre posture de professionnel face à cette personne que vous connaissez déjà.

 

A VOIR AUSSI

En savoir plus sur le réseau Soignants dans le monde

Vous êtes praticien ? Rejoignez le réseau Soignants dans le monde

Inscrivez-vous à la newsletter Soignants dans le monde

Laissez un commentaire