Comment dépasser les situations de séparations pour avancer dans sa vie ?

Blog

un enfant dans les bras de sa maman

Dans son ouvrage « Le Courage d’être soi », son auteur Jacques Salomé dit : « Grandir, c’est se séparer en restant entier ». Il fait ici référence aux situations de séparations qui peuvent exister entre les parents et leurs enfants mais aussi à des situations de séparation que l’on peut vivre à l’âge adulte. Alors comment vivre ces situations difficiles et les dépasser pour en faire des forces qui nous permettent d’avancer dans nos vies ?

 

La séparation comme différenciation des autres

Le fait de se séparer de quelqu’un ou de quelque chose signifie souvent se différencier des êtres proches, renoncer à des situations acquises, à des croyances, à des certitudes. Dans le cas de situations de séparation entre les parents et leurs enfants (sorties, vacances, école, etc.), il s’agit pour les uns de supporter d’être séparés des autres. Plus l’enfant est jeune, plus la séparation atteint les parents et l’enfant « dans leurs tripes ». Qui n’a pas eu mal au ventre au moment où le train ou le bus s’éloignaient ? Ou quand la porte de l’école se fermait ?

Cette séparation n’est pas seulement physique. Il s’agit également d’une séparation de différenciation. Cette différenciation va parfois porter sur :

– les projets de vie,

– les choix amicaux, amoureux, professionnels,

– les relations.

Se différencier signifie aussi oser vouloir la différence et, dans cette différenciation, accepter de supporter une nouvelle solitude sans la combler obligatoirement le plus vite possible. C’est se donner le temps de se construire intérieurement afin que cette solitude se transforme en une certaine complétude, en étant « soi avec soi-même » et en devenant plus solide.

Certaines personnes peuvent ressentir de la difficulté à se trouver dans cette solidité intérieure. C’est là que surviennent des associations amicales hasardeuses, des relations amoureuses malheureuses et synonymes de blessures intérieures. Généralement, ce sont des personnes qui, inconsciemment, s’en remettent à l’autre pour être comblées et être elles-mêmes. Cette posture est une contradiction :  s’en remettre à l’autre pour être soi ? Cela ne sonne pas juste.

 

Comment rester entier et avancer dans ces moments de séparation ?

Rester entier en se séparant, c’est :

– accepter de vivre l’instant présent tel qu’il est,

– ne pas s’inquiéter de ce que sera demain,

– ne pas avoir l’impression que notre monde s’effondre car on s’est éloigné de telle ou telle personne.

Ce principe est vrai pour les personnes qui se séparent comme pour celles qui vont subir la séparation. La différenciation revendiquée par l’autre va créer chez ces personnes une remise en question de leur propre unité et identité dans leurs relations avec les autres.

Prenons l’exemple d’un bébé qui vit ses premiers moments de séparation avec ses parents. Souvent, les parents qui s’éloignent de leur enfant ont du mal à mesurer ce que vit leur bébé qui peut s’apparenter à du désespoir. Un terme certes assez fort mais qui traduit bien l’idée de ce que l’enfant peut ressentir : son monde s’arrête, il n’y a pas d’après, la séparation est vécue comme sans retour. De plus l’échelle de ressenti de l’enfant n’est pas identique à celle de ses parents : quelques instants pour l’un peuvent représenter une éternité pour l’autre.

 

La séparation : un petit deuil à accepter comme une opportunité de mieux se connaître

Une séparation mal vécue peut donner le sentiment d’un vide intérieur complétement insupportable. En effet, chaque séparation peut être vécue comme un « petit » deuil :

– deuil du confort d’une maison,

– deuil du confort d’un lieu de vie (c’est notamment le cas pour de nombreux expatriés qui doivent recréer un nouveau confort intérieur à chaque déménagement),

– deuil du confort d’un couple.

C’est dans ces instants que les personnes essaient de combler ce vide par tous les moyens, d’une manière qui finit même par les laisser un peu groggy au bout d’un moment. En choisissant prioritairement de combler cette souffrance intérieure, ces personnes finissent par se rendre compte qu’elles n’arrivent pas là où elles avaient envie d’aller car elles n’ont pas pris le temps de s’interroger sur leurs envies réelles.

C’est dans notre identité, dans la capacité qui nous est propre de vivre comme des êtres « qui sont », que l’on va trouver une porte de sortie pour continuer à avancer dans sa vie sans inquiétude et sans avoir l’impression d’être totalement dispersé par les circonstances de ce que l’on vit. On va ainsi construire notre propre sécurité intérieure.

 

Etre entier : pouvoir vivre en autonomie sans se perdre

Tant que cette sécurité intérieure ne sera pas acquise, les choix de la personne sur qui elle est et sur ce qu’elle souhaite construire dans sa vie resteront inaccessibles.

Etre entier, se connaître soi-même, avoir conscience de qui l’on est (voir l’article à venir sur l’identité et la conscience de soi), c’est identifier ce qui nous constitue, c’est-à-dire :

– ce que nous aimons,

– ce que nous n’aimons pas,

– ce que nous savons faire,

– ce qui nous caractérise.

C’es aussi réaliser notre façon d’être au monde :

– la place que nous prenons ou non dans le monde (voir l’article visualisation d’un cercle)

– la proximité ou non avec nos proches,

– notre façon d’aborder le monde (ouverture, défense, etc.).

 

La méditation en pleine conscience peut être un outil aidant en permettant aux individus qui la pratiquent d’avoir pleine conscience de leur cœur et de leur corps. Elle va leur permettre de :

– savoir s’écouter,

– savoir repérer leurs failles,

– savoir se connaître.

Être entier, c’est aussi être soi sans le regard des autres. En effet, des changements tels qu’un déménagement, une séparation de couple, une séparation avec des amis qui partent vivre ailleurs, peuvent donner ce sentiment de vide intérieur de par l’absence du regard des autres.

Mais cette « éprouvance du manque » doit plutôt être vécue comme une opportunité de :

– découvrir ses souffrances et le besoin qu’elle soient prises en compte et soignées avec bienveillance,

– se construire à l’intérieur de soi.

 

Différentes techniques permettent de consolider énergétiquement, et pas seulement intellectuellement, cette conscience de soi :

– la relaxation profonde active,

– l’hypnose,

– la sophrologie.

En effet si le contexte de votre enfance vous a permis de construire suffisamment cette conscience de vous-même, ce n’est malheureusement pas le cas pour tout le monde. Je constate en tant que thérapeute que créer cette sécurité intérieure, cette sensation d’être entier est le préalable à la résolution des différents sujets pour lesquels je suis consultée.

Prendre soin de soi, avoir conscience de soi, de ses réussites et de ses réalisations n’est pas de l’orgueil, mais une attitude responsable pour agir dans son environnement et donc se décentrer sereinement.

 

A VOIR AUSSI

Outil thérapeutique en psychologie : visualisation d’un cercle par le patient

L’hypnose éricksonnienne pour retrouver bien-être et authenticité

 

Découvrez les praticiens du réseau Soignants dans le Monde spécialisés en hypnose et en sophrologie

Laissez un commentaire